L'oiseau de bonheur

Contact

 

Pourquoi un ULM?

 

La pression des contraintes administratives sur les licences de pilote, les visites médicales, la certification des appareils, leur entretien, l'espace aérien devient chaque année plus insoutenable pour les pilotes, les clubs, les constructeurs, les ateliers, les instructeurs.

L'aviation légère est en grand danger, les clubs vivotent. Seul l'ULM progresse grâce, pour l'instant, à la liberté qui lui est accordée.

En passant mon brevet ULM, c'est avec joie que j'ai trouvé dans ce mouvement une ambiance détendue, une Fédération défendant réellement nos intérêts, le plaisir de simplement voler avec un minimum de contraintes, des clubs comprenant les problèmes de disponibilité de chacun.

 

Bien sur, ce privilège réservé aux ULM ne pourra perdurer que si chacun joue la règle du jeu. Il faut en effet être vigilant sur le respect d'une masse maximum de 450kg et d'une vitesse de décrochage de 65km/h qui rendent ces machines peu dangereuses pour autrui.

Voler en sécurité en ULM est de la responsabilité du propriétaire de la machine qui en assume l'entretien.

Tant mieux! Cela ne peut que satisfaire un marin qui, de tous temps, a du assumer ses responsabilités pour goûter sa liberté!

Après les balbutiements des débuts, les fabricants d'ULM sont arrivés à maturité et la plupart présentent maintenant des machines fiables munies de bonnes qualités de vol.

 

Grâce à ce faible poids, un ULM peut se contenter d'une faible motorisation ce qui va dans le sens de l'économie. Ces moteurs n'ayant pas à subir les contraintes d'une certification sont économiques à l'achat et à l'entretien sans la nécessité de passer par un atelier agréé. Cela permet de choisir parmi une grande variété de motorisation 2 ou 4 temps spécifiquement conçue pour l'ULM avec un bon rapport poids/puissance.

N'ayant pas à subir le coût ruineux d'une certification qui sclérose l'imagination des avionneurs classiques, les constructeurs ULM font preuve d'un réel dynamisme et le choix est vaste.

 

La faible charge alaire imposée n'est pas un handicap pour un motoplaneur car elle procure un faible taux de chute. Plus léger et plus compact qu'un motoplaneur certifié, un motoplaneur ULM est plus maniable. Le but est de voler longtemps, d'exploiter les faibles ascendances, de spiraler serré.

La faible vitesse d'approche permet de se contenter de pistes courtes en herbe ou de limiter les risques en cas de panne moteur.

L’ULM est idéal pour l’entraînement campagne. On peut utiliser un simple champ pour simuler une vache puis repartir. Cela fait partie de la formation !

Cerise sur le gâteau, il existe un grand nombre de pistes ULM qui s'ajoutent aux terrains d'aviation. Autres motifs de ballades, plus de facilités pour ravitailler dans des bases ULM autrement plus accueillantes qu'un aérodrome contrôlé et autant de possibilités pour se poser en cas de difficulté.

 

Motoplaneur et ULM se complètent ainsi pour pratiquer un vol à voile de plaisance autonome.

Pourquoi un motoplaneur?

Pourquoi construire son appareil?

La conception du Choucas

L'essai du Choucas

Galerie de Choucas

Optimisation du Choucas

La construction de notre Choucas